Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

Le rapport Alvaro-Gil Robles

Pasteur Jean-Arnold de Clermont, 11 mars 2006, message d’ouverture de l’Assemblée Général de la Fédération protestante de France :

« Le 15 février dernier, le bureau du Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe rendait public le rapport du Commissaire Alvaro-Gil Robles « sur le respect effectif des droits de l'homme en France ».

Sur le fonctionnement de la justice, le système pénitentiaire, l'action des forces de l'ordre, la situation des étrangers, la situation particulière des mineurs, les problèmes de racisme, d'antisémitisme, de xénophobie et la lutte contre les discriminations, sur les gens du voyage et les roms, sur les groupes vulnérables, ce rapport remarquable, établi après de multiples rencontres et visites, dénonce toute une série de violations des droits de l’ homme dans notre pays, plus particulièrement peut-être dans nos prisons, surpeuplées et ne respectant pas des normes élémentaires de respect de la dignité des personnes incarcérées.

Le rapport est émaillé de formules comme : « j'ai été choqué… il m'a été difficile de recevoir ces plaintes au début du XXIème siècle en France… certaines scènes que j'ai observé ont été très dures… ».

Devant de tels constats quel est notre rôle ? Bien sûr connaître et faire connaître ce rapport. Il est disponible sur Internet sur le site du Conseil de l'Europe. Mais il faut qu'une telle information partagée aide notre pays et ses responsables politiques à dépasser le constat et les réponses rassurantes… pour demain.

La prison est qu'on le veuille ou non le reflet de notre société qui ne connaît face aux troubles et aux exactions que la réponse sécuritaire et n'entrevoie que très difficilement un projet de guérison et de réintégration.

A Noël 2005, la Fédération sur la proposition de son service Justice et Aumônerie des Prisons axait sa carte de vœux sur la promotion de jardins en prisons ; ce même service réfléchit aujourd'hui à la situation des jeunes incarcérés. Elle nous invite à poser un autre regard sur les prisons, et non seulement d'en dévoiler les anomalies mais encore de participer à la recherche de solutions alternatives. »